EQC

08/11/2019

Considérations générales

L’EQC est le premier véhicule 100% électrique de Mercedes.

Une allure de break surélevé mais qui n’entache en rien une ligne joliment sculptée dont on peine à croire qu’elle s’étend sur près de 5 mètres (4,76 pour être précis).
À l’intérieur, un classique de haute volée, un niveau de finition impeccable et une intégration soignée de chaque élément intérieur, qu’il s’agisse des écrans, des différentes commandes ou des haut-parleurs signés Burmester.

De manière générale, sur son véhicule électrique comme sur l’ensemble de sa gamme récente, Mercedes-Benz présente l’un des environnements de conduite les plus aboutis en matière de technologie. Les deux écrans de 10 pouces, l’un pour l’instrumentation, l’autre pour les médias et la navigation sont très bien intégrés au tableau de bord.

Quant à sa nouvelle technologie embarquée, le système vocal MBUX, il n’a rien à envier à ses concurrents. Le système MBUX est personnalisable et s'adapte à l'utilisateur. Il crée une connexion émotionnelle entre le véhicule et son conducteur.

Moteur, performance

Avec 408CV sous le capot, l’EQC affiche une fiche technique ambitieuse. De fait, le 0 à 100 km/h est bouclé en 5,1 secondes malgré 2,4 tonnes sur la balance. Concrètement, la puissance est disponible et il n’est pas nécessaire de passer en mode de conduite sport pour en profiter. L’EQC sait se montrer mordant lorsqu’il le faut mais ce n’est pas là qu’il est le plus impressionnant.

Au contraire, l’EQC est le plus doué lorsqu’il s’agit de se faire oublier. Avec un niveau d’isolation qui réduit presque à néant le bruit de roulement, des amortisseurs qui compensent largement les 650 kg de surpoids dus aux batteries, la conduite est extrêmement douce et confortable. En somme, les qualités parfaites pour une voiture électrique.

Autonomie

L’autonomie théorique de l’EQC est de 414 km (cycle WLTP). Celle-ci dépend essentiellement du style de conduite et du type de voies empruntés.

L’EQC montre une très belle aisance en ville où la batterie est relativement peu sollicitée. C’est sur autoroute, comme tout véhicule électrique, qu’elle montre des difficultés à tenir la distance, notamment dès que l’on dépasse les 120 km/h.

Quant à la recharge, elle se fait très simplement, à l’aide de l’un des deux câbles fournis avec la voiture. Il est possible de charger en DC (courant continu) par exemple, à 110 kW, ce qui permet de récupérer 70% de l’autonomie en 40 minutes. Ces bornes étant plutôt rares la charge AC (courant alternatif) en 7,4 kW est la norme.

L’application Mercedes me Charge référencent tous les points de recharge publics. Vous pouvez également vérifier la disponibilité et les tarifs de chaque borne avec l’application. Après avoir connecté votre carte de crédit au service, Mercedes me Charge, vous pouvez activer et payer votre session de recharge dans toute l’Europe. Ce service est inclus gratuitement pour les 3 premières années. Le système de navigation de l’EQC affiche également les points de recharge publics et permet de s’y rendre facilement. L’EQC ajuste automatiquement l’itinéraire en fonction des points de recharge disponibles si vous avez besoin de recharger en déplacement.

Conclusion

Très abouti d'un point de vue technologique, le premier SUV 100% électrique de Mercedes-Benz s'avère particulièrement confortable que ce soit sur la partie électrique avec une motorisation et une autonomie maîtrisée ou sur son habitacle où Mercedes-Benz se distingue particulièrement.

En outre, avec un prix qui débute à 72 950 euros (bonus compris), Mercedes-Benz est moins cher que tous ses concurrents.